"Si l'art n'a pas de patrie, les artistes en ont une." Camille Saint-Saëns

"Un seul rêve est plus puissant qu'un millier de réalités." J.R.R. Tolkien

Nouveau Monde 11 : avancement du numéro

NOUVEAU MONDE n°11 "Athématique" : état d'avancement du numéro
21%

mercredi 16 juillet 2014

[critique] Chroniques d’une humanité augmentée (Pascal Bléval)

Julien Sciarmozzi a un problème. Un gros. Quelque chose cloche dans sa tête, il a comme des absences inexplicables. À moins que ce ne soit la réalité qui se trompe ? Nicolas ne se conçoit qu’au travers des réseaux sociaux. Est-ce dans le but de combler un manque affectif, ou pour une raison autrement plus sérieuse ? Et que dire de Marc, cet homme immergé dans un monde où chacun ne jure plus que par l’apparence virtuelle — en réalité augmentée — de ses collègues ?


Perdus dans le mince interstice séparant le monde réel de l’univers virtuel, les personnages de ce recueil nous entraînent dans leur sillage…

Oserez-vous franchir les limites du réel en leur compagnie ?


Détails techniques :
Recueil auto-publié par Pascal Bléval
67 pages (format numérique uniquement, pour l’instant)
Prix : 1,60 €
Sa page Facebook
Son blog (où vous pouvez lire un extrait du recueil)
Page de l’auteur sur Amazon
Acheter le recueil sur Amazon


"Mais qui est donc cet illustre inconnu ?" allez-vous me demander.
Pascal Bléval est un jeune auteur, comme moi, qui tente de faire son chemin à travers l’épais brouillard du monde de l’édition. Il a délibérément choisi de publier son premier recueil par lui-même. Et vu la difficulté de s’insérer, seul, parmi les grands, je ne peux que le féliciter pour son courage.

Les habitués de La Magie des Mots auront déjà vu ce nom sur quelques billets. Notamment pour mes chroniques portant sur : Chrysalide n°2, le match d’écriture de Nouveau Monde n°4 et quelques nouvelles en vue de préparer le match d’écriture des Imaginales.

C’est qu’il bosse, le coco.
Si le fait que ce recueil soit auto-publié vous fait peur, rassurez-vous ! Pascal est très bien entouré et à géré ses textes comme un pro. Habitué de la mare de Cocyclics (site recommandé par plusieurs auteurs reconnus tels qu’Olivier Peru), il a fait appel à eux, mais aussi à plusieurs bêta-lecteurs, une correctrice professionnelle ainsi qu’à une illustrateur, Cyrille Thery, professionnel lui aussi.

Bref, assez parlé de lui. Il va finir par avoir la grosse tête ;-)

 
Les "Chroniques d’une humanité augmentée" sont un recueil de quatre nouvelles. La première, "Réparations", se déroule de nos jours, aux côtés d’un homme qui se réveille sans plus savoir qui il est. Peu à peu, la mémoire lui revient. Mais c’est sans compter sur des absences de plusieurs heures qui le terrorisent. Comment peut-il se retrouver chez lui, puis dans un autre lieu sans avoir aucun souvenir de s’être déplacé ? Que se passe-t-il dans sa tête ?

Le suspense demeure jusqu’au bout. Et cette chute est excellente.


Le second texte, "Cryo-Farm", se déroule dans un avenir plus ou moins proche. L’histoire d’un gamin qui ne vit qu’à travers les réseaux sociaux. Il s’y est inventé plusieurs vies où il flirte, où il joue, où il communique et se crée des amis virtuels.
A travers cette nouvelle, l’auteur nous montre à quel point les réseaux sociaux et jeux massivement multi-joueurs peuvent être chronophages. Jusqu’à quel point l’être humain est-il capable d’oublier son existence réelle pour vivre le virtuel ? Voici la question qui est ici posée.

"Humanité augmentée" se situe quelques années plus tard. Dans un futur où tout le monde travaille à domicile, connecté à Internet et se rendant à son travail via un avatar évidemment plus beau que le réel. L’apparence est devenue sacrée, plus encore qu’aujourd’hui. Alors lorsque John constate que son assistante Émilie n’a plus assez d’argent pour se payer un avatar correct, il décide de la prendre sous son aile. Sans savoir à quoi s’attendre…
Voilà une idée fort intéressante ! S’il était possible d’éviter les transports en commun, les transports tout court… et de simplement s’installer dans un fauteuil pour nous connecter à un monde virtuel dans lequel on travaillerait, virtuellement ? Ça réglerait pas mal de soucis sur les routes. Mais la soif du "toujours mieux, toujours plus, toujours plus beau" de l’être humain ne s’étendrait-elle pas encore plus ? Texte vraiment intéressant.

À l’heure où la dématérialisation des données bat son plein, où la robotique fait un bond en avant, il est légitime de se demander de quoi sera fait notre futur. Dans quelques siècles, voire décennies, sera-t-il possible "d’uploader" les données de notre cerveau et de notre ADN sur un serveur informatique ? Quelles en seraient les conséquences ? L’humanité deviendrait-elle éternelle ? Voici le thème de la dernière nouvelle de ce recueil, intitulée "Corpus Modificandis". Un sujet qui n’est pas sans rappeler le film "Transcendence" , actuellement dans les salles (attention, le trailer montre quasi tout le film) :


 
 

Conclusion

Pascal Bléval nous parle d’un sujet d’actualité : l’augmentation des performances humaines grâce à la technologie. Il n’y a qu’à voir les articles qui pullulent sur le net au sujet des implants électroniques, de la robotique qui permet aux handicapés de retrouver leurs membres perdus, de ces exosquelettes qui existent déjà ailleurs qu’à la télé. L’auteur décrit ici sa vision de ce que pourrait être notre avenir si nous allions trop loin dans cette voie.
Je vais me répéter, mais le tout est vraiment bien rédigé, bien ficelé. J’attends avec impatience ses prochaines publications.


Ce n’est pas fini !

Je sais, ce billet est long ! Une fois n’est pas coutume.
Suite à la sortie le 13 juillet dernier des "Chroniques d’une humanité augmentée" sur Amazon principalement, j’ai posé quelques questions à mon ami de plume Pascal Bléval. L’interview sera mise en ligne à la suite de cette critique dès aujourd'hui, ici tout comme sur le blog La Magie des Mots. À la suite de cette interview, il vous sera possible de poser vos propres questions à l’auteur via les commentaires. Que cela soit sur son livre, ses projets, son aventure dans l’auto-publication ou sur son poisson rouge, n’hésitez pas, il n’attend que ça ! ;-) 


Doris Facciolo


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Related Posts Plugin for WordPress, Blogger...